Conseils en vrac pour survivre dans la blogo/vlogo éso-païenne

Par défaut
Conseils en vrac pour survivre dans la blogo/vlogo éso-païenne

Le post de ce soir est dédié aux amis blogueurs et vlogueurs, païens, sorcières, tarotphiles et cartes-addictes, vous qui partagez votre passion à travers un blog, un site, une chaine ou une page facebook et qui parfois êtes sur le point de jeter l’éponge. Ce petit post est pour vous ❤️ (et pour les autres aussi !).

Quand on se lance dans un blog ou une chaine (ou tout autre média) surtout quand on y parle de choses comme la sorcellerie, le paganisme ou tout autre sujet lié aux croyances ou aux religions (au sens large) en général, on s’attend principalement à deux choses et on en espère deux autres. On s’attend soit à passer inaperçu, soit, à s’en prendre plein la poire pour pas un sous (« Vade retro satanas », « On devrait brûler les sorcières comme toi » ou encore « T’es fou/folle »). Au final, la réalité se rapproche plutôt de la première option, vous êtes un tout petit (petit, petit lol) poisson au milieu d’un océan numérique et par la magie du référencement, vous garderez votre anonymat quelques temps.

C’est amusant parce que ce qu’on espère en se lançant, c’est à la fois que les gens nous lisent et, parce que nous sommes des humains un peu tordus, que l’on ne nous remarque pas trop. Au final, si vous laissez quelques commentaires de ci, de là, vos voeux les plus chers sont réalisés : vous êtes à la fois lu et anonyme.

Là où ça se complique, c’est quand on commence à être lu par des personnes étrangères à notre cercles d’amis (soient-ils virtuels, les potos d’ailleurs). Par essence, internet fait qu’on ne maitrise pas qui nous lit/voit à moins d’avoir un blog/une chaine privé(e) (et donc moins de lecteurs). Et parmi ces gens, comme au sein de tout groupe humain, il y a des cons, des mal lunés, des gens qui pense tout mieux savoir que vous et aussi souvent, des gens avec lesquels les limites du net en matière de communication créent des quiproquos (ça c’est en général le cas le moins moche, il suffit de parler/d’expliquer pour remettre les choses à plat).

Et bien entendu, comme vous êtes sur le net, que vous avez décidé d’être un personnage (auteur/vlogueur) « public », une partie des gens charmants qui vous suivent vous utilisent comme punching ball. Ce soir, je vous propose quelques conseils, qui ne valent que ce qu’ils valent, mais qui vous aideront peut-être à relativiser ;)

  • Des cons, il y en a partout, c’est pas parce que nous sommes païens/sorciers/druides/buddhists/bruns/chauves/blacks/japonais/bac +30 que l’on échappe à la règle. Bienvenue dans le monde réel ! Maintenant que vous savez que le père Noël n’existe pas, je vous citerais mon papa qui me répète quotidiennement depuis 25ans « Aujourd’hui est une bonne journée, tu as trouvé plus con que toi ». Voyez le bon côté des choses, et laissez couler !
  • De même, et c’est surtout valable dans le monde de l’ésotérisme, certaines personnes vont vous sauter à la gorge parce que vous divulguez des « secrets ». Sachez que ces personnes ne sont jamais les grands maitres/sages qu’elles prétendent être (et qui eux, ont des choses bien plus importantes à penser), juste des gens aigris, assis devant leur ordinateur.
  • La communauté néo-païenne n’existe pas, pas en tant qu’entité unie en tout cas. C’est un ensemble de groupes de pensée, plus ou moins grands, plus ou moins d’accord entre eux qui en général, sont surtout d’accord pour dire qu’ils ne sont pas d’accord. Le truc chouette, c’est que cela crée un foisonnement d’idées, une émulation intellectuelle et spirituelle.
  • Les sujets qui touchent à la religion, aux croyances etc sont immatériels, intangibles et profondément personnels car il sont basés sur une perception individuelle qui ne peut pas être exactement la même d’un individu à l’autre. Les croyances des uns ne devraient pas remettre en cause celles des autres même si certains le pensent. Autrement dit, peut importe ce que l’on pense de vous, si on vous prend au sérieux ou non, ce qui compte c’est que vous viviez votre vie spirituelle de façon épanouie. Soyez heureux et f*ck les autres !
  • Vous allez recevoir, à un moment ou à un autre, un commentaire stupide et méchant et surtout, profondément non constructif, sur votre blog/chaine/page. Votre coupe de cheveux sera trop si, vous êtes moche, vous DEVEZ trouver Jesus…etc. Cela arrivera. Point. Préparez-vous, blindez-vous et optimisez vos trolls en monétisant vos vidéos ou votre blog. Autant qu’ils servent à quelque chose (même si, soyons honnête, ce sera surtout quelques centimes symboliques sur l’année :P). Surtout, n’oubliez pas que ces gens n’ont rien d’autre à faire que de vous critiquer. Pendant que vous vivez, eux non, ils attendent. Ne leur donnez pas plus d’importance qu’ils n’en méritent (soit quelques quart de dixième de centime).
  • Si les commentaires ou les messages désobligeants vous font mal, demandez à quelqu’un de faire un premier tri dedans pour vous. N’ayez aucun scrupule à supprimer un message ou un commentaire qui vous à blessé ou apporte dans votre vie une négativité que vous ne souhaitez pas. Ce n’est pas la fin du monde et franchement, cela vous fera du bien.
  • De la même façon, ne perdez pas votre temps avec les commentaires et messages passifs-agressifs. En droit, la tentative est punie au même titre que l’acte, sur le net, passif-agressif ou agressif, même punition, mettez tout à la poubelle.

Enfin, le meilleur conseil que je puisse vous donner c’est de faire ce que vous faites pour vous et non pour les autres/une reconnaissance quelconque. Faites-vous plaisir, ne gardez que le positif et le constructif. Une fois ce ménage fait, vous verrez qu’il reste plein de choses géniales, de gens supers, d’échanges passionnants et de belles rencontres. Et c’est la majorité. Ne laissez pas une minorité de crétins qui s’ennuient gâcher plein de beaux échanges. Voilà, c’est en vrac et perso, ça me va très bien comme ça ;)

Je vous fais plein de poutous. Aux trolls aussi. Et aux cons aussi, parce qu’on est tous le con de quelqu’un.

hug

Source : ? Si vous connaissez la source de ce gif, faites-le moi savoir que je puisse créditer son génie et faire un lien ;)

Shopping sorcier alternatif – Quelques conseils pour chiner éso & futé !

Par défaut
Shopping sorcier alternatif – Quelques conseils pour chiner éso & futé !

En ce moment, je suis peu présente ici et encore moins sur la chaine sur laquelle je n’ai rien mis en ligne depuis des mois. Ce n’est pas vraiment que je manque d’inspirations pour de nouvelles vidéos, simplement, je n’ai pas le temps. Ou plutôt, je choisis d’utiliser le temps limité dont je dispose autrement. Mettre une vidéo en ligne c’est assez long, il faut trouver le sujet (ce qui est certes, assez rapide), filmer (et souvent re-filmer pour cause de téléphone qui sonne/chat affamé/facteur qui apporte un recommandé…etc) à un moment de la journée où la lumière n’est pas trop catastrophique (et donc pas de nuit depuis que mon spot m’a lâchement abandonné), éditer, et uploader. Tout cela est chronophage à une période où j’aimerais pouvoir caser 72h dans une journée.

Bloguer est un peu plus simple car au final, taper un article est plus rapide, même en prenant de jolies photos que filmer une vidéo puisque je peux le faire pendant ma pause de midi au besoin. Bref, je ne suis pas pour autant très active ici. Lancez-moi des tomates (j’en ferais une salade, miam !).

Bref, aujourd’hui, on va parler chine (pas le pays, mais bien l’activité, que dis-je, le sport dominical). Ceux d’entre vous qui me suivent sur Insta voient défiler tous les dimanches, les butins de mes chasses aux trésors, j’en ai même fait un album sur facebook. Je suis addict et je ne me soigne surtout pas. Le but de cet article n’est pas de vous régurgiter le contenu de mon flux Instagram, mais de vous donner quelques idées/pistes/conseils pour dénicher de petits trésors pour votre pratique païenne, votre autel, votre collection de cartes autrement qu’en boutique éso et plus spécifiquement sur ces merveilles de civilisation et de consommation durable que sont les vides-greniers.

928551_247201918808638_1164561695_n

Le Thoth Tarot et un sautoir en oeil de tigre, déniché sur un vide-grenier l’été dernier

1. Organiser un dimanche chine

  • Chiner ne s’improvise pas. La chine, c’est un pays un sport, cela se prépare un peu comme un marathon. Si vous voulez optimiser vos chances de dénicher la perle rare, il faut être organisé et efficace.

  • Tout d’abord, préparez votre itinéraire dominical. Vous trouverez la plupart des vide-greniers sur ce site, il ne vous reste qu’à choisir où aller en prenant quelques données en compte :

  • Plus tôt vous arrivez, plus vous aurez de choix. Regardez bien l’heure de début du vide-grenier (pour les visiteurs) et essayez d’arriver à l’ouverture du site au public. Personnellement, j’ai remarqué qu’après 10h30, les chances de trouver des trésors s’amenuisent grandement. Sachant que je parle de « trésors » en général, pour les objets éso, les tarots et autres pierres, en général, cela part moins vite. (mais si vous êtes autour de Bordeaux, il faudra tout de même me prendre de vitesse ;) ).

  • Les plus gros vide-greniers ne sont pas les plus intéressants. Essayez de privilégier les manifestations réservées aux particuliers (ou en tout cas, celles qui compterons plus de particuliers vidant leurs garages que de pro).

  • Établissez un itinéraire, notez les adresses, imprimez les plans, sortez le GPS. Le but n’est pas de vous ruiner en essence avec des détours inutiles. Notez tout dans un petit carnet, il vous permettra aussi de consigner les bonnes adresses pour l’année suivante.

  • Munissez vous de sacs à dos, de paniers ou de totes bags. Il faut que vous puissiez transporter vos trouvailles de façon confortable.

  • Prévoyez de l’argent liquide et… de la monnaie !

  • Et surtout, mettez des chaussures et des vêtements confortables.

haul tot

Butin de cet après-midi, je n’avais pas prévu de chiner vu le temps, mais j’ai profité d’un rayon de soleil pour partir à la chasse au trésors…

 

2. Bien chercher (et trouver) des objets éso sur un vide-grenier

Si les points étaient quelques idées générales pour les chineurs en herbe, je veux aborder ici quelques spécificités liées à la chine d’objets éso en général (livres, tarots, pierres, bols tibétains…etc). La première chose à faire est d’aller faire un tour sur le bon coin, regardez où se situent les objets qui vous intéressent, s’ils n’ont pas trouvé preneur, les vendeurs profiteront peut-être d’un vide-grenier pour s’en défaire.

Profitez-en au passage pour vous faire une idées des prix du marché, à la fois pour l’objet neuf et d’occasion, notez tout cela ainsi que votre budget perso pour cet achat. Si l’objet que vous recherchez est fragile, munissez-vous de papier bulle/journal. Mieux vaut prévenir que guérir.

Une fois sur place, j’ai quelques trucs qui peuvent vous aider à trouver ce que vous cherchez plus rapidement. En effet, la présence de certains objets sur un stand peut être annonciatrice d’une belle découverte.

  • En général, on trouve facilement des bijoux en pierres semi-précieuses, quelque soit le stand mais vous avez plus de chance de tomber dessus quand quelques objets ethniques sont également à vendre.
  • Les gens (jeunes ou parents en général) qui revendent des livres de fictions pour jeunes adultes sur les vampires, la sorcellerie… etc revendent aussi souvent leurs tarots/oracles s’ils en ont, car cela accompagne la fin de quelque chose qui au final n’était qu’une phase. Ce n’est pas toujours le cas, mais très souvent.
  • De la même façon, un stand qui propose des objets de relaxation, bien-être… etc aura peut-être également quelques livres intéressants en stock sur l’astrologie, le feng shui ou les tarots.
  • Les vendeurs qui vident de toute évidence leur grenier dans le but de faire de la place et qui ont de TOUT sur leur stand (du hochet pour bébé, aux bouquins de fac en passant par un meuble TV et une ribambelle de livres) se débarrassent en général à bas prix d’anciennes pierres et cristaux (collections des enfants devenus grands, souvenirs de voyage… etc).
  • Quand vous voyez un jeu de tarot sur un stand (ou un livre sur ce thème), n’hésitez pas à bavarder avec le vendeur. Beaucoup n’ose pas apporter toute la bibliothèque éso qu’ils souhaitent liquider et en discutant, on peut faire de belles découvertes (et rencontrer des gens très chouette!).
haul

Une partie de ce que j’ai ramené le WE dernier, cela valait le coup de se lever tôt : panier, service à thé, cristaux et bijoux en pierres semi-précieuses au programme !

 

3. Négocier, marchander pour ne pas se ruiner

Comme je l’ai dis au début de l’article, il est important de préparer un minimum une chine, notamment sur le plan financier. Soyez donc armé d’argent en général et de monnaie en particulier. Ayez une idées des prix neufs, d’occasion, de la disponibilité (notamment des tarots qui ne sont plus édités) et surtout déterminez votre prix plafond pour chaque objet recherché.

Sachez également qu’en théorie, sur un vide-grenier, tout se négocie. En pratique, c’est un peu plus compliqué, vous saurez au feeling (ou en tentant votre chance dans un premier temps) si le vendeur est prêt à baisser son prix et de combien. Ne laissez pas trop éclater votre joie quand vous trouvez quelque chose sous peine d’être moins convaincant ou alors allez-y franc jeu. Perso, quand je trouve LE truc, je ne peux pas m’en empêcher, j’exulte (option mini danse de la victoire), ce qui en général 1) attendris les vendeurs (ou leur fait peur, je n’ai pas encore déterminé avec certitude) et 2) les rassurent, le tarot chéri de grand-maman a trouvé une maison dans laquelle il sera aimé <3.

Chacun sa technique.

Perso, je négocie presque tout, sauf quand vraiment le prix justifie de ne pas le faire (exemple, mon Grand Eteilla de ce matin à 2€) mais dans une proportion raisonnable (ma mère par contre, est un vrai requin pour ça, j’aimerais bien voir comment elle s’en sortirait dans un souk d’ailleurs…).

11055843_908343799210574_2031052781_n

Trouvailles minérales il y a quelques temps

4. Que trouve-t-on sur un vide-grenier ?

De tout ! Quelques pistes cependant de bricoles que j’ai trouvées/vues au cours de mes escapades…

  • Des jeux de tarot et oracles neufs, d’occasion, récents, anciens…etc
  • Des livres éso, sur la spiritualité, les religions, les mythes
  • Des bols tibétains, cloches, clochettes, gongs
  • Des bijoux en pierres semi-précieuses
  • Des pierres et cristaux
  • Des boîtes en bois où ranger vos cartes, pierres, pendules…etc
  • Des pendules, baguettes de sourcier
  • Des chaudrons en cuivre, en fonte ou en céramique
  • Des tasse à thé parfaites pour la tasséomancie
  • Des lutrins, carnets de toutes tailles, plumes et encres
  • Des bols d’offrandes, des statuettes, des tentures ou tapisseries
  • De petites tables ou guéridons qui font d’adorables autels
  • Des cranes d’animaux, animaux empaillés, cornes, peaux
  • Et des milliers d’autres choses !
crystal

Un bel amas de cristal de roche, rencontré sur un vide grenier et ramené à la maison pour 1€

 

Voilà grosso modo mes quelques modestes conseils. Seule la pratique vous permettra de voir où et comment trouver les plus beaux trésors (éso ou non), chiner c’est un peu comme le tarot, il y a une part de « science » mais aussi une grande part d’intuition !

Si vous avez des questions (je ne pense pas avoir été exhaustive ^^ »), des conseils pour les chineurs en herbes … etc les commentaires n’attendent que vous !

Belle soirée !

etteilla

Zoom sur le Grand Etteilla déniché ce matin, la boîte est en miettes, j’ai re-relié le livret et les cartes étaient en bon état :)

Équinoxe de printemps

Par défaut
Équinoxe de printemps

avec un peu de retard, deux petites photos…

autel d'ostara

ostara candle and ouija board

Review : Le Tarot of the Witches de Fergus Hall

Par défaut
Review : Le Tarot of the Witches de Fergus Hall

Le tarot dont je vais vous parler dans ce post n’est 1) ni une nouveauté pour moi puisque je le possède depuis plusieurs années et 2) ni une nouveauté tout court puisqu’il a été publié pour la première fois en … 1973 !

Je parle bien sûr du Tarot of the Witches (le tarot des sorcières) de Fergus Hall, souvent connu du grand public pour son apparition dans un James Bond (Vivre et Laisser Mourir de 1973 également). Oui, parce que les tarots aussi, peuvent jouer les superstars ! Vous le retrouvez également dans La Bible de la Magie Naturelle d’Ann-Marie Gallagher où il illustre le chapitre sur le tarot. Bref, c’est un peu le Sean Connery du Tarot.

Perso, ce n’est pas vraiment pour son CV que j’ai craqué pour ce jeu, sur le moment, je n’avais d’ailleurs pas fait le lien avec le film. Par contre, je me souviens l’avoir vu, trouvé superbe, oublié et redécouvert dans la BMN et paf, il a fini dans ma collection.

Tarot of the Witches de Fergus Hall

Ce jeu est l’un de mes favoris et ma référence en matière de glisse des cartes. Celles-ci glissent (pour moi en tout cas) à la perfection, la prise en main, taille et grammage, est tout simplement idéale pour battre façon poker.

Côté détails techniques …

Ce tarot a donc été publié pour la première fois en 1973 par US Games, il est l’œuvre de l’artiste Fergus Hall. C’est un tarot assez classique (78 cartes = 22 majeurs + 56 mineurs répartis en 4 suites) dont les arcanes majeurs sont inspirés du Rider Waite. Les lames mineures quant à elles ne sont pas illustrées, à la manière d’un tarot de Marseille.

Il est fourni dans une boîte classique (la mienne a dû être entièrement recouverte de scotch vu le temps qu’elle passe dans mon sac) avec un petit livret blanc. Il est également possible d’acheter pour très peu cher le livret compagnon, un peu plus complet écrit par Stuart R. Kaplan.

Ce jeu coûte une vingtaine d’euros sur Amazon ou The Book Depository, le livre (d’une petite centaine de pages) vaut 3 à 4€.

Le LWB (little white book ou petit livre blanc)

Tarot of the Witches de Fergus Hall - LWB

Rien de particulier à noter sur le LWB, il est clair, mais reste succinct et fonctionne par mots clés. Un seul tirage est proposé en fin d’ouvrage, « Le Cercle Magique de Salomon », plutôt bien présenté d’ailleurs avec quelques détails sur chaque carte mais cela reste simple et concis.

Tarot of the Witches de Fergus Hall - LWB tirage

Le livre de Kaplan

Pour le livre compagnon, c’est une autre histoire, s’il est petit, je le trouve en revanche très bien fait et plutôt indispensable pour travailler avec le jeu. Comme quoi, pas besoin de pondre 600 pages pour faire un livret utile.

Il se divise, comme vous pourrez le voir sur la photo d’index, en 5 chapitres (plus une préface, une bibliographie et l’index). Le premier est une intro au jeu et au tarot, le second traite des arcanes majeurs suivi du troisième qui propose tirage et technique pour n’utiliser que les majeurs. Le chapitre 4 se concentre sur les mineurs et enfin, le 5 sur l’utilisation du jeu dans son ensemble, avec les 78 cartes et propose 3 tirages. Le maitre mot est concision.

Tarot of the Witches de Fergus Hall - Livret index

Pour les majeurs, on retrouve : la description et la signification des symboles de la carte (ce que j’ai énormément apprécié), la signification divinatoire de la carte à l’endroit et sa signification renversée. Pour les mineurs, tout est plus compact, as et cartes de cour possèdent les mêmes infos que les majeurs, en moins développé et les pip cards quand à elles se contentent de mots clés pour les significations à l’endroit et renversé.

Ceci dit, je trouve que les infos fournies, au moins du point de vue de quelqu’un qui n’est pas complètement débutant, sont amplement suffisantes pour les tirages.

Les cartes

Les cartes de ce jeu sont très colorées, et j’aime particulièrement les illustrations : simples et efficaces. Je ne vais pas à nouveau m’étendre sur l’aspect tangible (prise en main, glisse…etc) que je trouve top juste préciser que je trouve la qualité d’impression, là encore, plutôt pas mal, notamment en comparaison de jeux plus récents que j’ai pu avoir entre les mains.

Tarot of the Witches de Fergus Hall - Dos des cartes

Les illustrations n’ont pas du tout vieilli, d’ailleurs, ce jeu ne fait pas son âge je trouve, il reste très actuel là où certains sont bloqués dans leur décennie. Le côté 70’s se retrouve tout de même un peu dans le dos des cartes, très traditionnel avec son tartan. Dos qui permet d’ailleurs de tirer avec des cartes renversées sans aucun problème (et 1pt pour les années 70 !).

Les Majeurs sont juste superbes, tant niveau symboles qu’esthétiquement. Très simples et colorées, ces cartes sont un univers à elles seules, sorte de monde onirique, parallèle. Tout a un sens, notamment les cheveux des personnages, leur texture, leur sens, ce que je trouve ultra intéressant.

Tarot of the Witches de Fergus Hall - Fou Fool

Chaque suite correspond à une couleur différente, ce qui est très pratique pour voir dans un tirage les récurrences de suites d’un seul coup d’œil. Le fait qu’il s’agisse de mineurs on illustrés permet également de mettre en avant les récurrences numériques. Bref, c’est un jeu très confortable en tirage une fois que l’on maitrise les signification des pip cards.

Conclusion

Pour conclure cette review (qui n’est pas exhaustive, donc si vous avez des questions, les commentaires n’attendent que vous ;) ),  le Tarot of the Witches est l’un de mes jeux favoris, un indispensable de ma collection que j’adore utiliser, principalement pour mes tirages persos.

Globalement, j’aime :

  • La qualité de glisse des cartes et leur taille
  • L’esthétisme assez unique des illustrations
  • L’utilisation de 4 couleurs bien différentes pour les suites
  • Les symboles choisis, notamment pour les Majeurs
  • Le livre compagnon, à la fois intéressant et concis

Et j’ai moins aimé :

  • La qualité de la boîte, qui, comme souvent, n’a pas survécu à l’épreuve du sac à main
  • Le choix du marron-jaune pour la suite de bâtons. J’associe les bâtons au feu, du coup, j’aurais préféré un jaune plus franc à défaut du rouge (utilisé par les épées ce qui n’est pas mal si on l’associe au sang)
  • L’utilisation de IIII au lieu de IV et de XVIIII au lieu de XIX pour la numérotation

Voilà, je vous laisse avec d’autres photos du jeu. Si vous avez des commentaires, des questions… etc, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire ! Et profitez-en pour me dire quel est votre jeu référence en matière de glisse et de prise en main des cartes ?

Tarot of the Witches de Fergus Hall - Arcanes Majeurs 1

Tarot of the Witches de Fergus Hall - Arcanes Majeurs 2

Tarot of the Witches de Fergus Hall - Arcanes mineurs épées

Tarot of the Witches de Fergus Hall - Arcanes mineurs deniers

Tarot of the Witches de Fergus Hall - Arcanes mineurs coupes

Tarot of the Witches de Fergus Hall - Arcanes mineurs bâtons

Après la viande et le poisson, exit les oeufs !

Par défaut
Après la viande et le poisson, exit les oeufs !

Cet article n’est pas païen à proprement parler. En fait, il n’est même pas païen du tout mais comme Tasse à Thé est plutôt un blog neutre, j’ai décidé de le publier sur ce blog qui lui, est plus personnel.

Aujourd’hui, je vais un peu vous parler de végétarisme. Plus spécialement de mon parcours et de mes récentes expériences, si vous êtes un omni convaincu, sachez que je ne souhaite pas vous convertir à quoi que ce soit. Promis, vous pouvez lire cet article sans vous craindre d’être stéréotypé <3

Je ne suis pas devenue végétarienne du jour au lendemain.
Je n’ai pas arrêté de manger de la viande par amour des vaches.

En ce sens, j’ai parfois l’impression que mon parcours diffère un peu de celui de beaucoup d’autres que l’on peut lire ça et là, au fil des blogs et des foras. En fait, j’ai arrêté de manger de la viande principalement pour des raisons de santé. En réalité, j’aurais pu me contenter de réduire ma consommation tout en continuant d’apprécier un steak frites au restaurant le week-end.

Mon choix d’arrêter totalement la viande est la conséquence d’un rejet progressif de celle-ci, notamment du poulet. Au fil des mois, j’ai de moins en moins apprécié la consommation de cette viande, somme toute assez fade. C’est amusant car le poulet est souvent la dernière viande que les végé suppriment, pour moi, ce fut la première. Un jour a en particulier a marqué la fin de ma consommation de poulet. Lors d’un repas de famille, ma mère avait fait un beau poulet rôti bio, et ce n’est pas passé. Plus précisément, à la première bouchée, j’ai été prise de nausées et cela a marqué la fin du repas (impossible d’avaler quoi que ce soit après) et surtout la fin du poulet rôti.

Après cela, quand il m’a fallu réduire ma consommation de viande, j’ai choisi d’arrêter d’en manger tout simplement. Cela ne m’a pas coûté le moins du monde à la fois parce que la viande avait de plus en plus de mal à passer mais aussi parce que cela correspondait à mes choix écologiques.

Pendant quelques temps, j’ai cependant continué à consommer un peu de poisson lors de sorties. J’avoue qu’arrêter les sushis a pris plus de temps, d’autant que je ne voulais pas que cela soit source de frustration. Pour moi, qui dit frustration, dit échec, comme pour les régimes restrictifs. Au final, j’ai fini par ne tout simplement plus avoir envie de poisson, sushi compris.

Depuis, plus de poisson, ni de viande mais j’ai gardé dans mon alimentation les produits laitiers et les œufs. Ou plutôt j’avais. J’avais parce que petit à petit, j’ai arrêté de consommer du lait de vache et drastiquement réduit ma consommation de yaourts, là encore, parce que je n’apprécie plus ces aliments autant qu’avant. A la place, je me régale de yaourts au soja (qui ont, de toute façon toujours été mon péché mignon) et de lait d’avoine, de noisette ou de châtaigne. Attention, je consomme toujours des yaourts de temps à autres, bio, et au lait de brebis ou de chèvre mais c’est relativement rare.

Côté œufs, j’ai longtemps été fan d’omelettes et d’œufs au plat mais depuis quelques temps, comme pour le poulet, ça ne passe plus. Je n’exclus pas d’en consommer dans le futur, notamment dans des préparations mais  pour l’instant, c’est niet. Au final, je me rends compte que je m’oriente tout doucement vers une alimentation végétalienne (ou quasi végétalienne car je ne souhaite pas a priori supprimer le miel de mon alimentation, mais ça c’est une autre histoire). Je ne brusquerai rien, premièrement parce que pour l’instant, j’habite avec des omnivores et que le végétarisme est plus pratique, deuxièmement pour la même raison que plus haut, parce que je ne veux pas que mon régime alimentaire soit générateur de frustrations.

Cela peut sembler étrange ou manquer de conviction mais j’ai appris à écouter mon corps et surtout à voir les signes. Sans doute un truc de néo-païenne un peu barrée, mais je pense que parfois, contrôler n’est pas la solution, il faut savoir se laisser porter par l’Univers/les énergies/les dieux (rayez la mention inutile), sans mettre en danger sa santé bien entendu. Pour ma part, comme cela s’inscrit dans une démarche et un processus déjà engagé, sur lesquels je me suis largement renseignée au préalable, j’ai accueilli ces messages avec bienveillance.

Cet article n’est pas hautement informatif, ni très engagé et je pense que j’aurais pu faire mieux mais je voulais avant tout quelque chose de simple. Je suis d’ailleurs assez curieuse de connaître vos avis sur le sujet.