Le placard à balais


Je profite d’un peu de temps (pendant mon cours d’anglais, mais ça, chut, il ne faut pas le dire 😉 ) pour taper un article qui me trotte dans la tête depuis quelques temps. Le thème est à la fois simple et compliqué : la différence.

Être différent des autres et accepter (ou non) cette différence.

En un sens, c’est un peu lié à la notion de « sortir du placard à balais » mais dans une optique un peu plus large, étendue à l’ensemble de notre vie et de notre personnalité et non plus seulement en lien avec la spiritualité.

Cette réflexion découle d’un ensemble d’expériences en lien avec mon changement d’orientation. Pour ceux qui n’aurait pas suivi, j’ai passé 3 ans en fac de droit pour me rendre compte que cela n’était pas entièrement ce vers quoi je souhaitais orienter ma future carrière. J’ai donc décidé de me tourner vers une école de commerce et l’an dernier j’ai débarqué au milieu d’une promo majoritairement composée de post bacs (à 21 ans, ça pique ! comme dirait une amie ^^).

Si d’un point de vue pro, cette réorientation s’est avérée une réussite (encore heureux vu le coût mensuel de la formation !), d’un point de vue perso c’est une autre histoire…

Parce que quand on a goûté à la liberté de penser qu’offre l’université (même la fac de droit, si si !), quand on débarque dans une grande école, on prend une claque. Déjà, il faut gérer « l’esprit promo » (moi, l’esprit promo à tout prix… bref, ce n’est pas franchement mon truc) mais le plus compliqué c’est le formatage au quel il faut faire face.

Vous trouvez les étudiants en droit étriqués dans leurs petits modèles sociaux ? Laissez-moi vous dire qu’en commerce c’est piiiiiiiiiiire ! Quand on ne rentre pas dans le moule, difficile de s’intégrer complètement, on a plutôt tendance à passer pour un ovni. Et pour ma part, faire amie-amie avec les gens simplement par arrivisme, ça me dépasse. Les fêtes ultra alcoolisées où tout le monde couche avec tout le monde ? Non merci.

Du coup, quand j’ai débarqué avec mes sarouels et mon pentacle… imaginez l’accueil !

Et encore, je ne me plains pas, j’ai d’excellents amis dans ma promo, eux aussi un peut « EENI » (étudiant étrange et non identifié). Le challenge a été de ne pas me laisser absorber pas la « bête » au détriment de mon identité personnelle.

Pour en revenir à la différence et au fait d’assumer sa différence, certains assument, d’autres pas. J’ai vu certaines personnes changer, jouer un rôle, enfiler jour après jour le même masque au point que celui-ci finisse par cacher définitivement ce qu’ils étaient avant. D’autres s’en foutent, j’en fait partie… à moitié.

Disons que j’ai compris que pour arriver à efficacement bosser avec le reste de ma promo, pour s’intégrer à cette microsociété, il faut savoir faire des concessions. Déjà, éviter les jugements hâtifs, certaines personnes sont très différentes en groupe et prises indépendamment.
Ensuite, il faut accepter les codes de ce système dans lequel on est bloqué, en se disant que de toute manière c’est très temporaire. On arrondis les angles en somme ^^

Du coup, je porte toujours mes sarouels (l’été et pas pendant les soutenances hein ^^), mon pentacle et mon marteau de Thor. Je suis la « maboule du travail » de la promo, la fille « qui arrive toujours en avance » et qui lit le Financial Times. Par contre, je ravale mon discours trop païen/écolo, je ne tire plus les sujets d’exams au tarot (non, maintenant je révise tout, ça marche bien aussi :P), je m’intègre en allant en soirée (sans forcément finir déchirée non plus ^^), en filant des coups de pied… euh de main ^^ en anglais. Bref, j’assume ma différence jusqu’à un certain point.

Cela dit, il faut tout de même apporter une petite (énorme !) nuance à ce constat.
En droit, j’étais publiquement païenne. Je sortais mes oracles partout, je lisais des bouquins éso entre deux cours, je blablatais magie avec les copines, je leur tirais les cartes etc…

En commerce, j’ai fais un magnifique retour au fond du placard à balais !

Bien sûr, les gens qui me connaissait « avant » sont toujours au courant du côté Pagan Witch, la plupart suivent mes délires YouTubesques et ce qui s’en suit. Par contre, mes amis/connaissances à l’école ne savent (presque) rien. Certes ceux qui ont bossé avec moi sur un dossier d’éthique l’an dernier savent que je suis classe mes croyances dans l’animisme néopaïen (ça ne les a pas traumatisé apparemment ^^), mais les autres sont totalement ignorants de ma spiritualité (à partir d’un certain point).

Plusieurs raisons à cela, la première, beaucoup s’en foutent, la deuxième ? je n’ai pas envie de mélanger boulot et spiritualité, ça n’a pas grand chose à faire ensemble pour le moment. Si mes amis (et j’insiste bien sur le mot amis !) me posent la question je répondrai honnêtement. Parce qu’ils me connaissent, que ça ce les surprendra pas plus que ça et qu’ils m’aiment comme je suis. Pour les autres, ce n’est pas la même histoire.

L’an dernier, il m’est arrivé qu’une camarade me demande « ton pentacle, c’est parce que t’es dans la sorcellerie ? genre sorts et rituels ? »
Quelques mois auparavant, j’aurais répondu directement « YES ! », surtout tenant compte du fait que la personne en question est plutôt portée nature/GN/celtisme. Mais non, je me suis contentée de répondre, ce qui n’est pas faux, « C’est juste un symbole que j’aime beaucoup ». JUSTE ??? Je me serais donné des claques ! Sérieusement ! je n’ai jamais accepté d’entrer dans le fameux placard à balais et là, paf ! je m’y cache à la première occasion !

Après réflexion, je me suis rendue compte de deux choses :

  1. Cette personne avait beau faire partie de mon groupe de « potes » au sens large, je n’ai jamais eu une immense affinité avec elle et surtout, je n’ai jamais pu lui faire confiance.
  2. Entourée de la quasi totalité de la promo, de profs … etc je n’avais pas envie de faire de ma spiritualité (si bizarre/différente soit-elle) le sujet principal des discussions de la semaine (parce que oui, quand vous êtes dans une grande école, les potins vont bon train et sont même la principale activité de la majorité des gens).

Bref, j’ai esquivé maladroitement une question qui ne m’aurait pas poser de problème avant. Du coup, assumer sa différence, c’est, à la réflexion, pas toujours évident. Et puis il y a assumer et s’exposer. Ok pour le premier mais le second n’est pas mon fort.

Cela dit, bon point pour moi, la fac de Cardiff (où je pars passer 6 mois à partir de janvier dans le cadre d’un échange académique) nous à fait passer un formulaire anti-discrimination. En gros, le concept c’est d’annoncer son origine ethnique, sa religion et ses éventuels handicapes dans le but pour la fac de faire des stats des discriminations en fonction de leur type (le but étant de mieux gérer les potentielles discriminations et d’arriver à une universités 0 discrimination).
J’ai fièrement coché « Pagan – other » (oui parce qu si c’est pas « other », c’est « druid » ^^) 🙂
Du coup, là, j’ai bien annoncé la couleur !
Dans le même genre, mon troll officiel (oui oui j’ai un troll ! apparemment tous ceux dont les blogs sont lus et appréciés en ont un alors je suis contente :D) m’a sorti un truc du genre « et si tes proches regardaient tes vidéos ? »
Genre « tu vas passer pour une dingue ».
Je n’ai rien répondu mais franchement ! Ceux de mes « proches » qui ne connaissent pas ma chaine YouTube (et qui au passage ne se moquent pas de mes tics de langage… eux ! :P) sont soit des gens dont l’avis m’importe à peu près autant que de connaitre la couleur des chaussettes que porte Obama le week end (et à la limite, les chaussettes d’Obama m’intéressent plus ^^), soit, des gens qui ne seront pas surpris et/ou pour lesquels cela n’aura pas plus d’importance que ça. Après tout, tout le monde sait que je suis bizarre ! 😉

Tout ce blabla pour arriver au constat qu’il est bien dommage, dans un monde où l’on est tous différents, que chacun veuille rentrer dans le même moule que son voisin, tout ça pour être accepter, avoir un sentiment d’appartenance alors qu’il serait tellement plus simple et sain de s’accepter et d’accepter les autres tels quels.
J’ai aussi réalisé que souvent, certaines choses que l’on assume dans une certaine sphère sont vécues différemment dans un autre contexte mais qu’au final, les seuls personnes dont l’opinion compte à nos yeux sont celles qui ne nous jugent pas et nous prennent tel que nous sommes.

Parfois assumer sa différence ce n’est pas la mettre en avant, la médiatiser, l’exposer mais surtout la vivre et… s’en moquer !

Pour vivre heureux ne vivons pas cachés mais vivions secrets parce qu’après tout, ce n’est pas parce que facebook a popularisé le déballage extrême de vie privée que c’est une bonne idée…

Publicités

2 réflexions sur “Le placard à balais

  1. *Roooo si moi je me moque ^^ mais je suis une fidèle suiveuse de tes blablas en anglais où je ne comprends qu’un mot sur… 10 ???

    Pour en revenir au coeur du sujet, il y a un certain moule dans lequel on finit par entrer malgré soi pour obtenir une certaine paix sociale. Mais notre nature même reste inchangée. La preuve on se damne pour un manteau rouge après 5 ans en fac de droit malgré tout.

    Pour le coté sorcellerie… Il y a des gens que ça fait flipper, d’autres marrer, d’autres encore qui passent à coté… Pour mon cas, cela a toujours été une grande curiosité car je n’ai pas ce don, cette clairvoyance là. Chacun doit vivre avec ses richesses et tu as celle là. Ceux qui ne la comprennent pas, sont des personnes qui n’ont pas l’ouverture d’esprit nécessaire, qui ont perdu la foi en autre chose que le rationnel de la société, à savoir manger/dodo/boulot.

    Courage, reste comme tu es, entière et libre !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s