Routine : spiritualité, superficialité et réflexion


Balanced_Life

Depuis mi décembre je suis en vacances. Je pensais naïvement qu’une fois ma liste de choses à faire (valise, rangement, Yule… etc) répartie sur mon emploi du temps, j’aurais le temps et la liberté d’esprit de me mettre en place une petite routine spirituelle, qu’avec chance j’arriverais à ancrer dans mes habitudes et à conserver au UK.

Force est de constater qu’il y a une différence entre mes plans en version « dans ma tête » et « en vrai ». Oui, parce que dans ma tête je me serais levée tous les jours tôt, vers 7h, j’aurais déjeuné avec une bonne tasse de thé, fait du yoga et quelques tirages en alternant chaque jour les tarots et oracles. Je serais allée me dégourdir les jambes en forêt, aurais préparé un bon repas, bien équilibré qui se serait finit par une nouvelle tasse de thé. L’après-midi, j’aurais lu, médité, refais quelques tirages, enregistré et mis en ligne de nouvelles vidéos sans bug de YouTube (oui, parce que dans ma tête c’est un peu le monde des bisounours… sans les nuages ^^), vu des amis et apprécié un bon Tea Time. Dans ma tête, j’aurais diné tôt pour passer la soirée avec un bon livre, j’aurais fait des exercices de respiration pour bien dormir et me serais couchée tôt après avoir pris le temps d’écrire dans mon journal. Bref, dans ma tête, j’aurais aussi avancé mon LDO, classé mes encens, ciré mes bottes et presque terminé de tricoter mon écharpe.

Une sympathique petite routine. Mais il y a un hic…

Le hic c’est que tout ça n’est resté qu’un projet, rangé dans les « Archives des projets parfaits dans ma tête qui ont foiré en vrai » avec tous ses petits copains : « Faire un jogging chaque semaine », « Manger moins de chocolat », « Devenir maître du monde », « Pirater la base de données de la CIA »… bref, vous saisissez le concept ?

Du coup, mon projet parfait de routine parfaite ayant lamentablement échoué, j’y ai réfléchit, notamment pour essayer de répondre à cette éternelle question : POURQUOI ???

Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à mettre en place une routine et à m’y tenir, notamment sur le plan spirituel ? D’un point de vu universitaire, j’ai longtemps eu du mal à mettre en place une routine productive, trop attachée à mes vieilles habitudes de :

  • toujours tout faire au dernier moment, quitte à devoir faire une nuit blanche,
  • glander. Parce que trop fatiguée, blasée, énervée…
  • tout organiser à l’avance, regarder mon plan et perdre courage,
  • toujours trouver mieux à faire : lire un bouquin, sortir prendre l’air, cuisiner des muffins, faire quelques tirages… Oups, j’avais pas un TD à faire moi ?
  • être très, très, très, très, très bordélique, et donc devoir retourner mon bureau pour trouver l’arrêt du Conseil d’Etat à commenter, mon gaja ou encore le chapitre 5 de mon cours de pénal… mais OU est ce truc !???!!!

Bref, globalement, d’un point de vu « scolaire », l’impossibilité de me tenir à une routine était globalement due à un mélange détonant de flemme, de procrastination et de manque de motivation. Globalement cela s’est nettement amélioré une fois que je me suis réorientée. Parce que j’avais beau adorer le droit, ce n’était pas exactement fait pour moi, ou tout du moins je ne m’y épanouissais pas comme je peux le faire en marketing ou en analyse financière. Le format des cours en école est aussi différent de celui de la fac, plus de présentations orales et de soutenances et moins de temps passé à surligner des pavés poussiéreux.
Du coup, la routine tant recherchée s’est d’elle-même mise en place.

D’un point de vue plus personnel, je ne gère pas toutes mes routines de la même façon et aussi bien. J’ai mis longtemps à accepter d’avoir une routine beauté par exemple. Parce qu’à un certain moment, l’état de peau était la dernière de mes priorités notamment. Maintenant, mes habitudes et petites manies ne sont pas fixes mais ma crème hydratante ne me sert plus uniquement de presse papier. Côté sommeil, c’est un peu plus compliqué et cela dépend beaucoup de ma charge de travail. Je me lève vers 6h (entre 5h45 et 6h05 pour partir à 7h et éviter les bouchons et le stress dès le matin) et j’essaie de me coucher vers 22h, histoire de ne pas (trop) ressembler à un zombie le lendemain matin.

Globalement je m’en sors bien.

Là où le bas blesse, c’est côté spiritualité. Je peine à mettre en place quelque chose d’un minimum consistant, ma vie d’humaine de base prend le pas sur mes rêves de méditations et autres équilibrages des chakras. Je tente tant bien que mal de mettre un peu de spiritualité dans mon quotidien mais c’est pas gagné et j’ai l’impression de stagner moi qui me verrais bien passer mes journées à me perdre dans les bois, à faire des dagydes ou encore à jouer du bodhran. Le problème c’est que, soyons réalistes 30 secondes :

  1. je ne peux pas vivre d’air pur et d’eau fraîche, au fond des bois entre mes tarots et du tasse de thé,
  2. j’aime quand même un peu ce monde matérialiste et ses êtres humains matérialistes et cupides,
  3. j’aime bien aussi le marketing, le commerce, le contact et la technologie. Dans une certaine mesure, je trouve ça génial !
  4. le shopping au fond des bois, c’est pas exactement possible,
  5. porter des escarpins non plus d’ailleurs,
  6. mon ordi, je le branche où ?
  7. j’ai un peu d’ambition, de rêves et de projets quand même ! Même si je ne changerais probablement pas le monde, j’aimerais bien faire quelque chose de constructif de ma vie (et qui paie pas trop mal aussi ^^).

Bref, je suis une enfant du 20ème siècle, je vis avec mon temps et ma vie d’être humain actif avec une famille, des amis, un boulot, des études, un chat et un téléphone portable prend souvent le pas sur mon côté ermite. D’ailleurs, il est bien là le problème : « prend le pas »… j’ai réalisé que tant que je mettrais en parallèle vie quotidienne et spiritualité, comme 2 activités non-miscibles, je resterais dans ce même cul de sac.

Parce qu’il est bien là le problème. On a trop tendance à séparer le spirituel du « réel », on remplace l’un par l’autre sans les mélanger. Souvent parce que l’on essaie de se conformer à l’image de la « bonne petite sorcière païenne », de coller aux obligations du parfait païen. On lit des blogs, des livres, on regarde des vidéos où les gens semble être des Païens 24/7. Le truc c’est que je ne suis pas femme au foyer, je n’habite au fin fond de la campagne américaine. J’ai des obligations, des impératifs, je suis active (entendez par là que j’ai un boulot + que je fais des études), j’ai un agenda plein à craquer, des soucis, des embouteillages à gérer. Je ne me balade pas en robe médiévales à motifs pentacles, non, moi c’est tailleur-escarpin les jours de soutenances, jean-blaser les jours de repos. Je n’ai pas toujours de temps de ne lire QUE des bouquins sur la spiritualité, l’anthropologie ou la mythologie, je me farcis des comptes de bilan, des analyses stratégique et quand j’ai 5 minutes je lis le Financial Times, sans oublier de jeter un oeil au CAC 40, de rechercher un stage et de nourrir le chat.

Et le pire dans tout ça ? Quand j’ai ENFIN, le temps, ce foutu temps que je n’ai presque jamais, pour ritualiser, tirer les cartes ou méditer et bien je n’en ai pas forcément envie, je n’ai pas toujours la tête à ça, je suis crevée, j’ai la flemme… Rayez la mention inutile.

Du coup, niveau routine spirituelle, j’ai longtemps cru que chez moi, c’était le néant (un beau néant bien… ben le néant quoi ^^). Mais en fait non, c’est juste que :

  • je me mettais la barre trop haut,
  • la spiritualité que j’ai intégrée à mon quotidien, l’est tellement bien que j’en oublie presque son existence,
  • forcer la spiritualité, se forcer à méditer…c’est contreproductif,
  • vouloir ressembler à telle ou telle représentation idéalisée de la pratique n’est pas sain, cela pervertit en quelques sortes l’authenticité de nos croyances,
  • spiritualité et vie quotidienne ne sont pas séparées, rangées dans deux boîtes différentes mais une seule et même chose, être spirituel n’empêche pas d’être normal, être spirituel  c’est être normal mais avec un point de vue différent.

J’ai donc une certaine pratique spirituelle bien que je ne pense pas pouvoir la qualifier de routine vu qu’elle n’est pas faite d’habitudes régulières… et c’est ça que j’aimerais mettre en place, le hic c’est que le « matériel » proposé (entendre les exercices des bouquins, les idées des blogs…etc) me semblait inadapté à la mise en place de cette routine. En fait, c’est parce que je prenais trop ce « matériel » au pied de la lettre, j’essayais de l’utiliser sans l’adapter aux spécificités de ma vie. Avoir une routine spirituelle, ça ne se sort pas d’un livre, ça ne se décide pas du jour au lendemain. au contraire, ça se réfléchit, ça se peaufine au fil du temps, ça s’adapte aux variations d’un emploi du temps à géométrie variable, ça sort des sentiers battus et des idées préconçues… ça prend du temps.

Mettre en place une routine, c’est aussi organiser sa vie (ce qui n’est pas toujours faisable) et laisser moins de place à l’imprévu…

Voilà, c’est un peu beaucoup un pavé, une réflexion pas forcément aboutie…

 

Publicités

13 réflexions sur “Routine : spiritualité, superficialité et réflexion

  1. C’est un article que j’aurais presque pu écrire mot pour mot, tellement il reflète ce que je vis au quotidien, ajoutez deux enfants en plus…. C’est bon de savoir qu’on n’est pas un ovni, et que la spiritualité n’est as si « naturelle » à imbriquer dans sa vie profane pour tous… 😉

    J'aime

  2. Oh joie! Je ne suis pas la seule à avoir ce genre de « soucis » De mon côté c’est pareil…je veux faire mais au final je fais autre chose ._. Je ne comprend que trop bien tes dires.

    J'aime

  3. Je vois que nous sommes plusieurs à avoir fait se constat de « vouloir » et de faire autre chose à la place. C’est marrant de voir la simultanéité de nos post. Surement du à la période de noël qui a en effet pas été tout à fait comme nous l’imaginions. Bref, je te comprends!

    J'aime

  4. je comprends ce que tu veux dire j’ai les même soucis,entre école, spiritualité, boulot et vie sociale ce n’est pas facile d’harmoniser le tout et de se faire une routine.

    J'aime

  5. Haha tu m’a devancée après notre conversation de l’autre jour j’avais envie d’écrire exactement le même post ! C’est très bien dit, franchement, je me retrouve tout à fait…il nous faut faire un blog ring de ‘working witches’ lol…

    J'aime

    • Si tu as tout lu, franchement, wahoo ! moi j’ai même eu la flemme de me relire sur ce pavé XD
      J’ai pas mal réfléchi à ce dont on a parlé, au fait que l’on avait du mal à adapter le « costume païen » à nos vies et ça a donné ça, un gros truc bien en vrac. La réflexion n’est en rien aboutie ou finie, ça commence juste à bouillonner dans ma tête, du coup j’ai commencé à chercher des blogs plus orientés « working witches » comme tu dis. Pour l’instant pas de coup de coeur, je continue de creuser 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s