Review du Mardi #1 Hedge Witch de Rae Beth


P1070126Cet après-midi, j’avais prévu de filmer quelques vidéos mais comme à chaque fois que je prévois quelque chose… ça bug !
Impossible de filmer donc, pas pour l’instant en tout cas du coup je me lance dans ma première review du mardi avec un livre que j’aime beaucoup.

Hedge Witch de Rae Beth, n’a pour moi d’hedge witchery que le nom, ce qui ne l’empêche pas d’être un ouvrage dont j’ai apprécié la lecture. Ce qui m’a plu c’est à la fois la forme assez originale et le fond plutôt intéressant, la combinaison des deux est pour moi la formule magique.

Je parle d’une forme originale ou plutôt d’un format original car ce livre est en fait une compilation des lettres que Rae Beth a envoyées à ses étudiants et dans lesquelles elle répond à leur question concernant le paganisme et la magie. Tous les sujets ou presque y passent, du concept de divinité aux célébrations des sabbats. Au fil des lettres, on récolte idées et rituels, poèmes et incantations. Ce qui m’a le plus plu, c’est le fait que l’on a l’impression que les lettres nous sont adressées, cette sensation de l’auteur est là, à côté de nous à nous conseiller est très agréable, surtout en période de « passage à vide spirituel ». C’est ce que pas mal de gens disent souvent des livres de Cunningham, que l’on a la sensation que l’auteur nous parle directement. Je ne suis pas fan du style de Cunningham malheureusement mais j’ai trouvé dans ce livre, la fameuse sensation d’être guidée. Alors certes, certains n’accrocheront pas forcément avec le style de Rae Beth mais perso, j’ai adoré ce côté simple, poétique et direct.

Les lettres s’étalent sur 1987 et 1988, on n’est donc pas dans de la sorcellerie moderne, en tout cas pas dans de la sorcellerie au temps d’internet et de la virtualité. L’auteure est britannique, ce qui « colore » aussi à la fois le style d’écriture et de pratique. Dans mon cas, cela m’a permis de me sentir plus « proche » (géographiquement tout du moins) du texte et le fait que cette correspondance date de plus de vingt ans ne m’a pas gêné, je n’ai pas senti cette fracture temporelle.

Ce petit bouquin d’un peu moins de 200 pages m’a aussi redonné envie d’écrire, quand on le lit on en vient presque à se questionner sur l’intérêt des technologies de communication actuelles. On redécouvre le plaisir de lire et d’écrire des lettres, d’avoir un support papier à sa correspondance et on regrette presque que le livre ait été imprimé et que l’on ne puisse pas profiter de la calligraphie de l’auteur.

Je pense depuis quelques temps me procurer d’autres ouvrages de Rae Beth. Histoire de pouvoir les déguster, avec une bonne tasse de thé ou sous un arbre. Pour Hedge Witch, deux solutions s’offrent au lecteur. On peut le lire comme n’importe quel livre, d’une traite ou bien lire les lettres à la date à laquelle elles ont été écrites. On lit alors le livre sur presque deux ans, on distille la correspondance au fil des mois… à chacun sa préférence …

Site internet de l’auteure

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s