Faire le choix de shopper sorcier et local


Depuis un peu plus d’un an, j’ai drastiquement réduit mes achats en ligne, notamment en matière de livres, jeux de cartes et autres consommables sorciers. Pourquoi ?

Il s’agit bien ici d’un choix, d’un choix actif de ma part à la fois pour soutenir les commerces éso physiques mais aussi pour lutter contre certains aspects négatifs du shopping virtuel.

1. Soutenir les commerces physiques.

Pendant longtemps, j’ai râlé comme beaucoup du peu de boutiques éso/païennes en France, râlé du manque d’ateliers (workshops) proposés et du peu de jeux et livres traduits. En même temps, j’étais l’une des premières à commander mon matériel en ligne (livres, tarots, encens, bougies…etc), plus de diversité pour moins cher : le rêve ! En théorie.

En théorie parce qu’au fil des ans, je me suis rendue compte que mon comportement de consommatrice éso était aux antipodes à la fois de mon comportement de consommatrice en général et de mes valeurs. Je fais mes courses en magasins bio pour tout ce que je ne trouve pas chez mon maraicher ou à la ruche. De façon générale, je privilégie le local raisonné, c’est d’ailleurs pour cela que j’avais arrêté de mangé du quinoa pendant longtemps avant d’en trouvé produit en France dans ma biocoop.

Pour parler crument, c’est quand même c*n de ne pas manger de quinoa à cause de l’empreinte écologique et d’acheter des bouquins sur Amazon à tour de bras qui arrivent pour certains de très loin !

17169_100344419999372_4128816_n,Medium
Photo © Pierres & Bijoux « Minéraux »

J’ai donc décidé de ne plus faire le gros de mon shopping éso en ligne. Je ne boycotte pas Amazon ou The Book Depository pour autant, mais tout ce que je peux trouver en magasin classique (boutique éso, librairie, magasin bio, magasin de litho) ou en vente alternative (vide grenier, le bon coin, dépôt-vente, troc local) ne sera pas acheté en ligne. Quitte à patienter jusqu’aux foires médiévales de septembre, à chercher, à ne pas trouver immédiatement-tout-de-suite-maintenant. Et surtout, quitte à payer un peu plus cher. Car oui, dans la majorité des cas, les sites internet sont moins cher que les boutiques qui elles doivent payer plus de charges fixes.

Pendant trèèèès longtemps, j’ai justifié mes achats en ligne par « mais je suis une étudiante fauchée ! ». C’était vrai mais en fait, je ne prenais pas le problème sous le bon angle. En fait, je voulais plus pour le même prix, plus et c’était bien ça le problème.

1553392_594463390624739_122837011_o
Photo © La Maison des 2 Fées
10687413_721384474599296_5214301578360691977_o
Photo © La Maison des 2 Fées

2. Les travers de la vente en ligne

Cela m’amène à la deuxième raison de mon choix de ne plus acheter principalement en ligne. Quand on fait son shopping en ligne, on veut plus pour le même prix, plus vite. On est dans la course au toujours plus et on néglige souvent les conséquences de ce « toujours plus » et on virtualise ses achats. Perso, l’argent qui me sert à faire mes achats (quels qu’ils soient d’ailleurs), je le gagne en allant au boulot tous les jours, cet argent même s’il ne tombe pas tous les mois en espèces sonnantes et trébuchantes, il est réel car pour moi il correspond à une réalité quotidienne. Le hic, c’est qu’il est virtualisé sous forme de virement alors si en plus, il est dépensé en ligne, il reste virtuel, intangible et on a moins conscience de ce qu’on dépense. C’est là dessus que jouent les boîtes comme Amazon avec leur ‘Achat en 1 clic‘ pour nous pousser à dépenser…sans compter !

On achète vite sur le net, vite et à n’importe quelle heure, de n’importe où. L’achat ne se matérialise qu’après coup, en clair, on ne prend conscience de l’argent qu’on a dépensé en différé. C’est la magie du e-commerce.

470282_10151009762911131_238922952_o
Photo © Mollat

Mon problème avec ça, c’est que j’avais tendance à ne pas assez réfléchir avant de commander, notamment pour les jeux de tarot/oracle et livres. Je n’ai jamais été déçue par un achat et je ne regrette rien (non, je ne regrette rien, ni le mal, ni le… hum hum ^^ ») mais je sais que j’aurais pu, j’aurais dû mieux prioriser certaines de mes acquisitions.

Au final, en faisant mes achats dans les commerces de ma ville et des alentours, je participe à leur activité, en achetant les traductions francophones de jeux britanniques, américains ou australiens, je fais partie, à mon niveau, de la demande pour que d’autre jeux soient traduits et en achetant des jeux français, à ce que de plus en plus de jeux soient publiés. Ces jeux (et toutes les autres choses que je n’achète plus en ligne, autant dire presque tout), je les ai également réfléchis, eu en main, désirés (et souvent payés en liquide, c’est psychologique). Bref, ils sont autre chose que le résultat d’un clic sur une page web. Ils ont du sens. Ou tout du moins, je leur donne du sens.

w895-h671-no
Photo © Librairie Pégase

Bonnes adresses sur Bordeaux et aux environs parmi tant d’autres…

  • Librairie Pégase *- Le dinosaure de l’éso à Bordeaux, cette boutique existe depuis bientôt… 30 ans !
  • La Maison des 2 Fées *- Boutique ésotérique très sympathique, beau choix de pierres et tarots pour des prix très corrects.
  • Mollat – La plus grande librairie indépendante de France, installée à Bordeaux et au rayon éso assez fourni.
  • Pierres & Bijoux « Minéraux * – Boutique de lithothérapie au Taillan et à Mérignac où trouver votre bonheur minéral.
  • La vie saine – Biocoop – SoBio -Bio C Bon – Le marché de Léopold – Magasins bio de la CUB dans lesquels vous trouverez encens en grains, bougies en cire d’abeille et autres plantes.
  • Les Médiévales de Bourg ** – Elles ont lieu tous les deux ans et cette année promet d’être magnifique. Vous y trouverez runes, dagues, et artisanat médiéval et païen.
* Si vous souhaitez des reviews détaillées des boutiques éso (et proposant des produits éso) bordelaises, faites-le moi savoir, ce sera avec plaisir. Je pense d’ailleurs mettre au point une page de bonnes adresses locales où trouver du matériel éso-païen-magique.
**Cette année, sauf cas de force majeure, je serais aux Médiévales de Bourg s/Gironde le dimanche 6 septembre (parce que boulot le samedi quoi). Si vous souhaitez qu’on organise une petite réunion pagano-ésotérico-médivale, faites-moi signe ici ou sur facebook.

 

Publicités

6 réflexions sur “Faire le choix de shopper sorcier et local

  1. Bonjour,
    Très jeune, j’ai compris que consommer est un acte politique. Nos choix influent sur le monde et nous le créons ainsi. Sur le même thème, quand je dine à un restaurant je choisis les plats végétariens. C’est un très bon article. Bravo. Ca me pousse aussi à être vigilante et active! Merci
    ps: j’adore ton blog, un de mes préférés, et je partage ton article sur scoop it.

    J'aime

  2. Entièrement d’accord avec toi! Il faut shopper en accord avec ses valeurs! Nourriture, comme vêtements et fourniture en tout genre!
    Je regrette en particulier comment sont traité les employés de certaines World companies et c’est surtout facteur-ci qui m’a fait migrer mes « listes d’envie » vers des librairies locales!
    Il m’arrive néanmoins de « fauter » après avoir écumé toutes les alternatives possibles avant de cliquer… Mais de moins en moins!
    Merci pour ce bel article!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s